LE VILLAGE

 Le cœur du village auprès du Château se résumait, il n’y a pas très longtemps, « aux quatre chemins » rond-point F. Mitterand actuel.

-Route de Colomiers, les maisons bordaient la route jusqu'à l’avenue des Italiens. Devant elles s’étendait le vivier.
                                     Dernière construction à l'angle du carrefour une métairie : La Sèbe   aujourd'hui disparue.

-Route de Fonsorbes, la dernière construction se situait à l’angle de la rue de l'avenue des Hospitaliers

-Route de Plaisance, tout s’arrêtait avant la ligne à haute tension.

-Route de Fontenilles-Léguevin, les premières maisons s’établissaient de la bifurcation vers Fontenilles à environ 100 mètres avant le stade, , elles formaient le hameau des barraques. Rien vers Léguevin.

Quelques constructions isolées existaient ça et là ainsi que quelques métairies ou domaines agricoles comme  La Bourdasse, Lapouticayre, Le  Castéra, Le Cujala, Le Ramel,  Taure, Troncou,…. (voir photographies aériennes 1946, 1984, 1997,  - Evolution entre 1950 et 1980 )  New Equipements communaux et commerces en 1980
 

                     

                                                                                                                        
 Le Château, l’Église, l'École à classe unique, le Café fermé avant 1940,  l'Épicerie(Mercerie dans des temps plus anciens), route de Colomiers actuellement Restaurant du Racing), puis ensuite route de Plaisance. La Boulangerie, disparue, située à côté du pressing, le parking ce dernier bâti en partie sur l'emplacement d'une mare. Une coiffeuse, une pizzeria. On note l'existence d'un moulin  à vent dont il ne reste que le corps de bâtiment, route de Fonsorbes. 

Le village est alors à vocation essentiellement agricole : petites vignes, petits champs de blé, d'avoine, de seigle, de maïs, de luzernes assez dispersés -sauf dans les grandes propriétés où les cultures de plus grande étendue étaient  assez  regroupées autour du corps de ferme- mais aussi  élevages d'animaux de basse-cour, de porcs. Des bêtes de traits : chevaux, vaches, boeufs car les tracteurs ne sont apparus que bien plus tard.

La vie y était agréable rythmée par les saisons, semailles, fenaisons, dépiquages et vendanges auxquels participait toute la jeunesse qui même en période  scolaire  était tenue d’aider les adultes. Avec des temps forts pour la fête du village, la bénédiction des animaux, les rogations (prières contre diverses calamités) et procession pour la Fête-Dieu (procession du Saint-Sacrement, placé dans l'Ostensoir) entrecoupée par les haltes aux reposoirs abondamment fleuris des paroissiennes et paroissiens avec chemin de pétales de fleurs répandues à profusion.