CHATEAU DE LA SALVETAT SAINT-GILLES

voir plan de 1784 de la terre et seigneurie. En fait le territoire actuel de la Salvetat  

Les Comtes de Toulouse et de Saint-Gilles y résidaient l’été. Les plus hautes autorités toulousaines s’y réfugièrent lors des grandes épidémies.

1167 :  Epidémie de peste en pays toulousain. Les Capitouls quittent Toulouse, etablissent le siège de leurs délibérations à Bourg Saint-Bernard, 
           puis le fléau arrivant  jusqu’à eux, ils se replient sur le Château de la Salvetat Saint-Gilles, village qui resta préservé de la peste

1493 :  Nouvelle épidémie de peste aggravée par une grande famine. Bernard Lauret, Premier Président au Parlement de Toulouse se transporte
           à REVEL, puis à Saint-Félix de Lauragais, avec tout le parlement. Il s’installe finalement et reste au Château de la Salvetat Saint-Gilles, à
           nouveau préservé.

 

DESCRIPTION DU CHATEAU

Cet édifice, à l’aspect très Louis XIII, a été marqué par les divers ajouts et modifications apportés au cours des siècles.

Trois aspects principaux : Château fort médiéval

-        situation défensive sur un promontoire de 90 mètres.
-       
présence de douves médiévales
-       
vestiges de fortifications médiévales, à l’arrière, au niveau des douves
-       
au sud, importants mâchicoulis (9 m de hauteur) surmontés de meurtrières et d’ouvertures de défenses (vestiges de créneaux)
-       
au nord, emplacement d’un pont levis remplacé par un pont en briques à deux arches, par la suite 

Modifications de la Renaissance

- Côté Est :    Création d’un perron soutenu par un mur de briques qui modifie l’entrée du Château par la construction d’un escalier monumental.
                     Deux pavillons sont édifiés de part et d’autre de l’escalier.

- Côté Ouest : Création d’une terrasse et d’une façade Renaissance (grandes niches plein cintre, divers éléments architecturaux de brique,
                     harmonie, etc ….
                     Encadrement de la façade par deux tourelles aux angles du bâtiment du type " tour campanile toulousaine".

Modifications au XVIIIe siècle

- Toiture : pignons élégants et particulièrement élevés
- Epis de faîtage très caractéristique
- Donjon de 20 mètres
- Façade Nord : nombreuses fenêtres obstruées selon la législation de l’époque.

 

L’INTERIEUR DU CHÂTEAU

L’ensemble des murs à une épaisseur variant de 0,40m à 1,40m
Sous-sol : Importante cave entièrement voutée et entièrement construite en briques  (typique de l’architecture renaissance toulousaine)

Rez-de-chaussée :
- Salle des gardes : Cheminée monumentale de 4,50 de large
- Plafond à poutres apparentes
- Sol : Carreaux de terre cuite XVIIIe
     - Aile Sud :        Longue pièce voutée plein cintre
                                 Puit intérieur de 10 m de profondeur
                                 Sol : carreaux de terre cuite XVIIIe 

      - Aile Ouest :    Deux pièces possèdent deux importantes cheminées en
                                
marbre avec chacune un encadrement décoratif de stucs XVIIIe
                                 Deux cabinets de travail
                                 Sol : carreaux de faïence polychrome XVIIIe           

- Escalier monumental d’accès aux étages 

Cour intérieure :
Très importante et caractéristique de l’architecture Renaissance toulousaine.

.                           -  Sol médiéval entièrement pavé de galets
                            -  Puit circulaire Renaissance construit en briques (8 m de profondeur) 
                            - 
face ouest : fenêtres à meneaux Renaissance
                            -  face nord  :  galeries à arcades Renaissance sur deux étages obstruées au XVIIIe
                            -  face sud    :  galeries à arcades Renaissance sur deux étages (Loggias Renaissance) 

Premier étage :
                        - Aile ouest : Plusieurs pièces avec plafonds à la Française (bois et moulures bois)  avec vestiges de peinture polychrome
                        - Aile sud  : Galerie voutée, ouverture sur la cour, avec d’importantes fresques Renaissance : Motifs animaliers, 
                                          floraux, scènes représentatives de châteaux et paysages

 
- Accès au donjon

Deuxième étage :

- Ailes ouest et est : Importantes charpentes XVIIIe
- Ossature « coque de navire »
- Entièrement en bois massif : cœur de chêne
- Modèle prototype présenté par les Compagnons du Devoir
- Aile sud   : Accès aux meurtrières et aux mâchicoulis
                   Sol : carreaux de briques XVIIIe
- Aile nord  : Terrasse 

Troisième étage :
                        - Accès au donjon

Ces renseignements sont extraits de documents dactylographiés dont l'auteur n'est pas connu