GRAND PRIX CYCLISTE

du 6 septembre 1953
 

En plein effort dans la côte amenant au rond-point F.Mitterrand. Les spectateurs sont sur le gazon devant la maison d'habitation du château. Partie empierrée actuelle.

Le peloton passe le pont sur l'Aussonnelle et se lance sous les encouragements du public pour grimper au sommet.

Bien assis devant l'ancien hangar du château les spectateurs  ne se fatiguent pas, malgré leurs beaux vélos !

 

 

Après la fin de la Guerre de 39/45 le Tour de France et les courses cyclistes en général reprirent vie.

C'était une distraction très prisée. Le Tour en particulier était très suivi à la radio (pas de TV). Ils étaient rares ce qui n'écoutaient pas l'arrivée au poste de TSF. Chacun se passionnait pour son champion de coeur.

 

 

 

 

Au passage du Tour dans les pyrénées des autocars étaient affrétés pour amener dans les cols les passionnés de la petite reine. Que d'ambiance, de rigolades, de saucissonnades joyeuses.

 

Beaucoup de villages pour la fête locale organisaient des courses cyclistes. Quelle joie lorsque quelque sans grade du Tour venait dans nos modestes courses.

 

 

Il y eut plusieurs manifestations cyclistes à La Salvetat. Elles attiraient beaucoup de monde des environs immédiats.

Le départ se faisait devant le restaurant "Le Racing" actuel. Le parcours empruntait la route de Colomiers, descendait au rond-point des chevaux pour rejoindre la route de Pibrac-Léguevin et remonter sur la Salvetat par la côte ayant son sommet au rond-point F. Mitterrand.

Photos Y. Graule du 6.9.1953

 La prime, pour qui ?

 

Combien de tours à faire, déjà ?

 

Enfin l'arrivée. Il y en a beaucoup derrière ?