Les déplacements depuis la Salvetat, à cette époque

Annuaire de 1936



Ligne Toulouse-Roguet à Boulogne sur Gesse

L'on prenait le train à Plaisance du Touch comme l'indique le pictogramme, en haut à gauche ci-dessus. La gare principale était  à TOULOUSE-ROGUET (ancienne poste de Saint-Cyprien, avenue Etienne Billières -actuellement direction départementale- et il en existait trois autres). La ligne, à voie métrique mise en service en 1901 et fermée le 31.12.1949, allait de Toulouse à Boulogne-sur-Gesse, avec bifurcation, vers Saint-Lys et Sainte-Foy de Peyrolières à la halte de "Bontemps, peu après Fonsorbes"  Sainte-Foy de Peyrolières était la gare terminus pour cet embranchement.

La côte et halte de "Renfort", bien nommée, car il arrivait que le mécanicien plante la machine au milieu de la côte et il fallait attendre alors une machine en "renfort", était située au bas de Fonsorbes. Elle desservait les "Bastards"

Un important dépôt de matériels existait à Tournefeuille.

A la fermeture de la ligne  les cars des Transports Economiques Départementaux (T.E.D) assurérent le  service. La ligne, -ainsi que certaines autres partant de TOULOUSE-ROGUET-, après un regain d'activité pendant la guerre 39/45, fut concurrencée par des services de cars, bien plus rapides car en ces temps là les routes étaient peu fréquentées et les feux tricolores inexistants.

La Haute-Garonne avait un important réseau de voies ferrées secondaires au départ de Toulouse. La Compagnie des Chemins du Sud-Ouest était en charge du plus fourni en mailllage de voies puisqu'elle incluait des lignes en Ariège et Gers. La Société des Voies Départementales du Midi reliait la Haute-Garonne au Tarn. D'autres existaient car il  y eut jusqu'à quatre gares à Toulouse.

Il existait, en parallèle avec le train, des services de tranports par cars desservant la Salvetat, deux fois par semaine si mes souvenires sont bons.
.



Gare de Plaisance du Touch en 1934
Cliché édité par  l'Association "Le Petit Train dans la Campagne" de Tournefeuille -Photo Janette DUCOS-

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

                     
Les horaires, photographies et renseignements  sont extraits de "Les petits trains de jadis, Sud-Ouest de la France de H. Domengie,
                                                                                                                                                                                                           Collection Edition du Cabri" et de mes souvenirs




Autorail Dedion-Bouton à la gare de Toulouse-Roguet.
Collection Dr Louis Desrus - Edition du Cabri

La ligne empruntait l'avenue Etienne Billières, puis l'avenue de Lardenne sur le bas-côté gauche. Cette dernière accusant une forte pente il n'était pas rare que  l'autorail tractant sa remorque n'arrive pas à la gravir. Deux solutions se présentaient alors aux voyageurs, soit ils attendaient une machine haut-le-pied pour pousser, soit ils descendaient et montaient la côte à pied. Cela m'est arrivé.


                            




                                         
                                                                                                    Automotrice électrique à accumulateurs (visibles sous la motrice) et vapeur 030 Corpet-Louvet  stationnent  en gare de Toulouse-Roguet
    (Collection Henri Domengie - Edition du Cabri)
                                                                                          
Pour grimper, terme exact, sur l'automotrice, il valait mieux être jeune et agile, vu la hauteur de la caisse. Elle était utilisée pour rejoindre Boulogne sur Gesse. A gauche de l'automotrice, le bâtiment voyageur de Toulouse-Roguet

                        -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:--:

Pour illustration de matériel vapeur d'autres lignes CFSO


Vapeur 130 Corpet-Louvet (Collection Henri Domengie - Edition du Cabri)
en Gare de Villemur
 

Ces trains fréquentés par les ouvriers et scolaires ( peu de parents les déposants à l'entrée du lycée, alors) permettaient aussi aux  paysans d'apporter leur production aux marchés de Toulouse et foires des villes desservies. On y voyait des oies, poulets, canards, lapins, paniers de légumes, d'oeufs, etc.. et le tout dans une joyeuse  ambiance.

Trajet de 2 h 48 pour Toulouse-Roguet/Boulogne-sur-Gesse mais 0 h 28 Plaisance-du-Touch/Toulouse.

Beaucoup de convois étaient mixtes. C'est-à-dire qu'ils comportaient, en plus d'une ou deux voitures à voyageurs, quelques wagons à marchandises

L'on peut voir, sur la droite en venant de Saint-Lys, la gare terminus de Sainte-Foy-de-Peyrolières avec son support de château d'eau, sa halle à marchandises et le quai de chargement.


En  44/45 le pont sur le touch, en quittant Tournefeuille vers Lardenne, a été erigé par les allemands en barrage pour blindés constitué d'une fosse et de tronçons de rails fichés dans le sol. De ce fait les cyclistes et piétons empruntaient le pont du chemin de fer paralléle au pont du Touch où il fallait montrer ses papiers aux sentinelles allemandes. Cétait quelque fois comique "je me souviens encore d' un ami à mon père montrant sa carte de pêche" à la sentinelle - je n'étais pas très  rassuré.

Vers Lardenne existait alors juste après le pont l'auberge du "Soleil d'Or" bien connue des anciens. Elle était construite sur la bande de terrain isolant la route de la ligne de chemin de fer. Le train passant à l'arrière de l'auberge.

Pour mémoire la ligne de chemin de fer était doublée par une ligne de tram ayant son terminus sur la place au kiosque à musique de Lardenne. Une  halte chemin de fer lui faisant face "bureau PTT" si elle exite toujours.  New  cartes postales


                     


Tracé de l'emprise de la voie, du BV, quai et halle marchandises à Plaisance du Touch - La voie empruntait  les rues d'Aquitaine et de Bourgogne actuelles.
Photographies aériennes de 1950 et 1984






 


L'emplacement de la Gare est approximatif, mais de très peu, je pense. Cette gare était assez importante et comportait des voies de croisements,
de maneuvres et de garages sur de grandes longueurs. Une plaque tournante permettait le retournement des machines, elle était située un peu avant
le quai de déchargement, lui-même précédant la halle à marchandises. Cette halle étant le dernier bâtiment dans le sens Fonsorbes. La parité, chère à nos yeux,  était respectée car à Plaisance comme en d'autres lieux nous avions une Chef de Gare, Madame D....r.


Conclusion
Il est fort dommage que n'ait pas été conservé l'emprise des voies jusqu'à Toulouse. Que de services un bon petit train moderne ne rendrait-il pas aux banlieusards que nous sommes ? Hélas, comme pour le tram à Toulouse, tout a été sacrifié à la déesse automobile avec toutes ses conséquences. Un petit espoir car semble-t-il le tram revient à la mode dans certaines villes !!
 
Remarquez le petit train existe toujours, mais sur les routes, il n'y a qu'à voir le matin et le soir sur la route de Colomiers les voitures à la queue leu  leu.

Pour en savoir plus sur les lignes secondaires de la Haute-Garonne
  http://chemins.de.traverses.free.fr/04533299f60f7f819/0453329a0c0eb3905.html
.
http://trainsmp.free.fr/page30.htm
http://www.lauragais-patrimoine.fr/PATRIMOINE/CHEMIN%20DE%20FER/CHEMINDEFER01.htm
http://www.trains-fr.org/facs/lig31.htm
http://trainscfso.free.fr/lignescfso.html
http://www.couleur-lauragais.fr/pages/journaux/2001/cl33/gensdici.htm